« Confluences 2030 » : créer un cœur urbain

Horizon pluriel n°35 /

Confluences 2030 est un projet partenarial de renouvellement urbain des quartiers portuaires de Redon et Saint-Nicolas-de-Redon. Par leur histoire économique et sociale commune intimement liée aux voies d’eau, ces deux collectivités ont hérité d’un patrimoine remarquable, mais aussi de friches industrielles situées en cœur de ville à partir desquelles une nouvelle histoire doit se construire.
Se cultiver, se divertir ou plus simplement se balader au bord de l’eau, résider ou séjourner, entreprendre et innover… voici l’ambition pour cet espace en mutation porté par trois collectivités, Redon,
Saint-Nicolas-de-Redon et Redon-Agglomération qui agissent dans le respect et la complémentarité de leur compétences respectives.
Cet espace, habité mais aussi investi par différentes activités culturelles et de loisirs permanentes ou éphémères, ne laisse pas indifférents les habitants des quartiers, mais aussi du territoire.
Situé au carrefour de deux régions et trois départements, l’avenir de ce quartier intéresse et est révélateur d’une envie de renouveau.
A lui seul, il est un « concentré » de toutes les problématiques de ce territoire et constitue un laboratoire d’innovation qui mobilise de
nombreuses attentions.
La transversalité de l’action a nécessité la création d’une mission de coordination pour orchestrer des interventions multiples, associant l’action publique et privée.

Les orientations du projet

Les premières orientations, issues d’une étude préliminaire1 et validées par les élus en juillet 2017, s’articulent autour de six piliers.
L’un des fondements du projet repose sur la volonté de développer
un cœur urbain situé entre ville et nature, dynamique, vivant et accueillant pour tous.
Il s’agira également de favoriser la confluence de populations et d’activités, en proposant des activités innovantes, culturelles, commerciales et de services, en complémentarité avec les autres quartiers de la ville et pour toutes les générations.
Un autre enjeu fort est de vivre avec l’eau, patrimoine identitaire du
Pays de Redon, à affirmer et à rapprocher des différents publics. Tout comme il sera nécessaire de révéler le patrimoine historique en lien avec les mutations actuelles.
Enfin, le projet a pour ambition de promouvoir les mobilités douces
par l’aménagement des espaces publics partagés pour les piétons et les cyclistes, favorisant une liaison entre les différents quartiers et
leur environnement naturel.

Se divertir ou plus simplement se balader au bord de l’eau, résider ou séjourner, entreprendre et innover…

Une concertation publique

Au regard des enjeux et en complément d’une dynamique partenariale inaugurant le projet, a été mise en place une démarche de concertation permanente, avec pour objectif de tisser une relation de confiance entre l’ensemble des acteurs, dont les habitants. Cette démarche vise à faciliter l’appropriation la plus large, en inscrivant les usages, attentes et besoins exprimés dans une approche prospective dessinant un cadre de vie de demain.
Ainsi, à l’appui du Conseil de développement, une diversité d’animations contributives a été organisée durant 6 mois, recueillant près de 1 000 participations : conférences-débats, rencontres avec des lycéens, saisine des sessions du Conseil Municipal d’Enfants des deux collectivités concernées…
Toujours dans le souci d’encourager la participation du public, le projet exploite différentes opportunités locales. Une maison éclusière, transformée en lieu de concertation convivial, accueille ainsi l’animation de « Cafés Confluences » hebdomadaires. Une présence a aussi été assurée sur les marchés de Redon et Guémené-Penfao.

Les aspirations mises en exergue par les habitants et usagers lors des premières étapes de la concertation publique

Les attentes témoignent à la fois de l’attachement au site et de l’espoir d’un nouvel avenir propice à l’épanouissement de chacun, grâce à des adaptations en matière de mobilités, d’économie et de culture.
Elles confirment les premières orientations identifiées dans l’étude préliminaire, à savoir le rôle structurant de l’environnement naturel du site, l’enjeu des mobilités durables, la place de l’emploi pour rester vivre et travailler « au pays » et attirer de nouveaux habitants et activités économiques. Les propositions élargissent aussi la réflexion aux marqueurs identitaires tels que la convivialité et la culture de vie quotidienne en pays de Redon.

© Typomaniac

Enfin, la dimension intergénérationnelle de cet espace qui accueillera jeunes, familles, étudiants et personnes âgées et la reconnaissance de la participation citoyenne à la gouvernance de ce projet public, ont été cités comme des attributs d’un renouvellement urbain réussi.

Des lignes de force retenues

La concertation publique est l’opportunité de mettre en exergue des tensions, inhérentes au principe même du développement, entre les espoirs et les craintes des citoyens, entre les ambitions du projet et les possibles. Les expressions laissent entr’apercevoir des arbitrages politiques à venir sur des sujets tels que le rapport au passé, la préservation des patrimoines et notamment des friches, la compatibilité des différents usages ou le degré de participation de toutes les parties prenantes.
Toutefois, cette analyse croisée a mis en évidence des lignes de forces intangibles pour tous les acteurs que sont la gouvernance avec les citoyens et le souhait d’exemplarité environnementale et sociale.
Elle a ainsi permis de fixer un cap aux prochaines phases du projet autour de trois orientations majeures à concilier sur cet espace en devenir : la mixité, l’attractivité et la créativité.
La diversité des composantes de cet espace public sur le pays de Redon et la richesse des expressions de sa population à son sujet, illustrent bien l’intérêt pour des collectivités d’intégrer démarches participatives et transversalité dans les politiques et programmes locaux.
Ce territoire politiquement engagé depuis près d’une décennie pour la promotion de la santé de ses habitants, doté d’un Contrat Local de Santé*, a su saisir l’opportunité de mener une approche socio-écologique et durable de la santé avec ce programme d’aménagement public. Cette maîtrise d’ouvrage devra relever le défi d’une intervention concertée, conciliant différents enjeux de santé, différents milieux de vie, une variété de publics, cela en s’appuyant sur un réseau pluriel d’acteurs et en activant plusieurs politiques locales. Un défi innovant ambitieux, mais qui d’ici 2030 devrait permettre d’atteindre une harmonie pour chacun des usagers et résidents, favorable au bien-être, à la cohésion sociale, à l’intégration et in fine, à la santé.

* Confluences 2030 est un “méta projet”

… où est recherchée la mise en cohérence de l’action publique avec les politiques sectorielles locales.

Il rejoint ainsi les objectifs du Contrat Local de Santé 2015-2019 de Redon Agglomération visant la création d’un environnement favorable à la santé des habitants, par la mise en synergie de l’ensemble des politiques publiques. Pour renforcer la dimension santé du projet, une réflexion est engagée en partenariat avec les ARS Bretagne et Pays-de-la-Loire, pour définir une méthodologie adaptée : évaluation d’impact sur la santé (EIS) ou analyse de projet pour un urbanisme favorable à la santé.

Catherine Girard et Marjorie Chanlot

Catherine Girard est Cheffe de projet à Redon Agglomération
Marjorie Chanlot est Chargée de mission santé

1 Réalisée par le cabinet d’étude Loire Atlantique Développement

HORIZON PLURIEL – N°35 – DÉCEMBRE 2018