Accueil > Nos ressources et prestations > Productions > Dans quelle mesure, selon les bases factuelles disponibles, l’autonomisation (...)

Dans quelle mesure, selon les bases factuelles disponibles, l’autonomisation améliore-t-elle la santé ? (résumé)

lundi 28 avril 2014, par Christine Ferron, Magdalena Sourimant


Descriptif

Ces dernières décennies, l’exclusion sociale, les disparités et la pauvreté absolue (près de 3 milliards de personnes doivent subsister avec moins de 2 dollars des États-Unis par jour) ont progressé malgré la mondialisation et l’augmentation du revenu par habitant dans un grand nombre de pays en développement. Le rapport de revenus entre la tranche de 20 % la plus riche de la population et la tranche de 20 % la plus pauvre est maintenant de 82 à 1, contre 30 à 1 en 1960. Les disparités de santé augmentent dans le monde entier en raison d’une vulnérabilité à la maladie due à une grave malnutrition, à la réapparition rapide de maladies infectieuses transmises par l’eau et le sang, à la dégradation de l’environnement, au désinvestissement dans les infrastructures de santé et à la violence. Pendant cette même période, les stratégies d’autonomisation, la participation et d’autres démarches ascendantes ont pris une grande importance en matière de santé publique et d’aide au développement pour la réduction de ces disparités. Comme il est de plus en plus question d’autonomisation, ceux qui utilisent cette notion doivent clarifier sa définition, ses dimensions et les résultats des diverses interventions qui relèvent d’elle. [Introduction]

Editeur

WHO Regional Office for Europe

Contributeurs

Editeurs techniques

  • Dr. Leena Eklund et Professeur Alicia Granados, Health Evidence Network, World Health Organization Regional Office for Europe.

Relecteurs

  • Professeur Ronald Labonte, Titulaire d’une Chaire de Recherche, Université d’Ottawa, Ottawa, Canada ;
  • Professeur Susan Saegert, Département de Psychologie, Center for Human Environments, City University of New York (CUNY).

Remerciements
L’auteur adresse ses remerciements aux relecteurs, aux Drs Meredith Minkler et S. Leonard Syme de l’Université de Californie à Berkeley, et au Dr Erio Ziglio du WHO Regional Office for Europe, programme « Investment for Health and Development », pour leurs commentaires perspicaces et leurs contributions fondamentales.

Coordinateur

Nina Wallerstein

Edition

WHO Regional Office for Europe, 2006 [traduction française : Christine Ferron, IREPS Bretagne, 2009]

4A, rue du Bignon - 35000 Rennes
02 99 50 64 33 - Mél

106, bd Hoche (bât CPAM 22) - 22000 Saint-Brieuc
02 96 78 46 99 - Mél

9, rue de l’ile d’Houat - 29000 Quimper
02 98 90 05 15 - Mél

4A, rue du Bignon - 35000 Rennes
02 99 67 10 50 - Mél

24 Rue Colonel Faure – Quartier Le Guemenen – 56400 Auray
02 97 29 15 15 - Mél